Science

Une histoire édifiante…

Un scientifique étudie une mouche : Il lui arrache 3 pattes, la relâche et lui dit « envole-toi ». La mouche s’envole. Il recommence la même expérience après lui avoir arraché les 3 dernières pattes, la mouche s’envole. Puis il lui arrache les ailes, lui dit « envole-toi » mais la mouche ne s’envole pas.  Alors le scientifique met ses lunettes, et écrit dans son cahier à spirales : « quand on arrache ses ailes à une mouche, elle devient sourde... »

 

[Comme tous les insectes, une mouche a 6 pattes, 4 ailes, et le corps en 3 parties.

Si quelque chose vous chiffonne  c’est normal, les mouches n’ont apparemment que 2 ailes. les deux autres sont repliées et forment de petites masselottes presque invisibles.]

 

Bien sûr elle est absurde cette histoire, enfin elle semble absurde plutôt..
Mais depuis longtemps maintenant, la science est devenue bien trop complexe et spécialisée pour être appréhendée dans son ensemble par un seul cerveau. Il en découle une spécialisation à outrance, et il est bien fini le temps des encyclopédistes.

La spécialisation, c’est comme un entonnoir :  tout ce qui rentre par le grand côté doit sortir par le petit. On obtiendrait des résultats fascinants si tous les spécialistes pouvaient assembler leur savoir en vrac, et le faire mouliner dans un immense cerveau virtuel. Les optimistes ont cru qu’internet pourrait fournir un semblant de ce cerveau universel, mais hélas ce n’est pas tout à fait le cas, pas du tout même.

Le Big-Bang…

Dans « Eurêka », Edgar Allan Poe pose les prémisses modernes de la théorie du Big Bang.
Ça semble d’une logique imparable, et ça l’est certainement. Si aujourd’hui on constate que la distance entre les corps célestes augmente, il est évident qu’en remontant le temps, ils devaient être plus proches les uns des autres, et donc au tout début, tous fondus ensemble… Le Big Bang est devenu une évidence scientifique en quelques dizaines d’années. Que s’est-il passé..? il n’y avait rien, et ce rien a explosé, s’est expansé à une vitesse folle, en libérant une énergie démesurée.

Il est difficile de se représenter intellectuellement que toute la matière qui existe aujourd’hui dans l’univers fut il y a quelques milliards d’années concentrée à un point infini. Et encore, on oublie souvent que lors du Big Bang, il y eut un dégagement de matière, certes, mais aussi d’anti-matière.
Par chance, il s’est trouvé qu’il y avait un chouïa plus de matière que d’anti-matière, de l’ordre d’ 1% peut-être, pas plus : donc c’est bien plus que tout l’univers actuel qui se trouvait concentré (on ne sait pas trop ni où ni comment ni pourquoi..), mais dans les 99 fois sa masse actuelle..! C’est beau qu’une absurdité comme cette théorie ait trouvé sa place dans la science, ça fait rêver même ! Au mieux, le Big-Bang peut-être considéré comme une base de travail, mais certainement pas comme l’origine de l’univers. Il faut quand même pas nous prendre pour des billes : si quelque chose explose et se déploie, ça n’est certainement pas à partir de rien…!

Les frères Bogdanov et la suite de Fibonacci…

Il y a quelques années, j’ai eu la chance inouïe d’être le témoin auditif d’une intervention remarquable des frères Bogdanov sur France-Inter. Ils venaient de sortir un livre qui débutait par un passage sur la suite de Fibonacci. Cette suite est très simple : on commence par 0, puis 1, et à chaque fois on additionne les chiffres précédents pour obtenir le suivant. Donc ça donne : 0,1,1 (puisque 0+1=1), 2,3,5,8,13,21,34,55,89 etc etc…

Une intervenante de l’émission ne comprenait pas pourquoi il n’y avait pas 4 après 3…. et les 2 frères se sont mis à ramer, ramer, incapables de lui expliquer, et c’était même pire, ils avaient l’air de ne pas comprendre non plus ce que venait faire ce 5 après le 3… Et ce n’était pas fini. Quand ils se sont mis à expliquer le Big Bang, quelqu’un leur a dit « ok, l’espace se crée pendant l’expansion, mais  il y a bien quelque chose autour, alors c’est quoi..? » ce qui est une question pertinente, mais là, les brothers avaient une réponse toute prête et sur un ton docte ont asséné cette troublante révélation : « Autour de l’espace, il y avait…. le temps..! »
Alors là chapeau bas messieurs, tout le monde a eu l’air convaincu et admiratif, c’était du grand art..! Mon dieu, quel bonheur d’entendre ce tissu d’âneries, j’ai failli rater un virage..!

Le hasard…

On va faire court pour se débarrasser de celui-là :

En mode « Indiens des plaines » : le hasard-qui n’existe-pas…
ou en mode définition : Le hasard : l’enchaînement d’effets dont on ignore les causes… »

Philo, religion, science…

Allez revenons à la description. Au départ, tout était mélangé : les penseurs du monde en avaient une vue à la fois philosophique, religieuse et scientifique. Et puis ça s’est séparé. Chacun de son côté a développé sa petite théorie, et si au départ elles se confrontaient entre elles, maintenant c’est foutu pour ça.
Le grand vainqueur de ce challenge est incontestablement la science, grâce à son côté irréfutable, même si bon, elle sera fatalement réfutée un jour.

Du coup, les philosophes passent leur temps à sodomiser les mouches en faisant des effets de chemise, les religieux tentent comme ils peuvent de se rassurer sur les fondements de leur foi grâce à des phrases impénétrables, comme les voies de  Dieu, (mais pas celles des mouches hélas pour elles) et pendant ce temps, les scienteux sont déchaînés..!
Vu que passé un certain stade, plus personne ne comprend rien à ce qu’ils disent, ils n’y vont pas avec le dos de la cuillère..! Ils ont tout expliqué : l’origine de l’univers, la formation des planètes, l’apparition de la vie,  l’évolution des espèces, la vie la mort, les particules, tout..!

Et comme ils sont les grands gagnants ils ont oublié en chemin un principe simple expliqué ainsi par l’un d’entre eux dont j’ai oublié le nom :
« Si quand vous êtes tout seul dans votre cuisine des fées apparaissent, vous parlent et dansent pour vous, tant mieux, mais si je ne peux pas observer ce phénomène, je ne dis pas que ça n’existe pas,  mais juste que ça n’est pas et ne sera jamais un fait scientifique… »
Du coup, ayant oublié ça, tout ce qui ne rentre pas dans leur domaine, ils le nient avec  une condescendance amusée, c’est normal, ils sont tellement fiers et sûrs de leur science, ça les rend un peu dédaigneux…

Il y a quelques années, les zététiciens avaient organisé un concours : ils  proposaient de venir dans leur laboratoire, et de leur prouver qu’on avait un authentique pouvoir paranormal…
Un exemple : un sourcier connu dans sa région pour ses excellents résultats était placé devant des tuyaux dans lequel coulait de l’eau ou pas.. il devait désigner ceux où l’eau était présente. Bien sûr il a échoué. Peut-être que si les zététiciens l’avait transporté dans une zone géographique éloignée de la sienne et lui avait laissé faire son job comme d’habitude, il en aurait été autrement : c’est un truc de sentir où est la flotte sous tes pieds, par un moyen que les sourciers eux-mêmes ne comprennent pas vraiment, c’est autre chose de se trouver dans labo devant des tuyaux en présence de scienteux qui te scrutent… Enfin, ils étaient contents de l’échec, depuis ils ont arrêté ces expériences, mais ça n’empêche pas que les sourciers existent toujours et trouvent de la flotte, disent à quelle profondeur elle se trouve, et travaillent  même avec les entreprises de forage.

 

Petite arnaque dans l’espace….

Pour mesurer l’espace, les astro-physiciens se servent de la Constante de Hubble, le même Hubble qui a donné son nom au télescope spatial qui fut borgne pendant des années à cause d’une tâche de peinture.

Le problème de cette constante, c’est que sa valeur… varie tout le temps ^^  une constante variable en quelque sorte, un concept intéressant non..?

Il y en a d’autres comme ça, le graviton par exemple. Là je cède la place à Wikipédia, (que vous connaissez peut-être et qui constitue un plagiat grossier de la Zaberpedia mais j’ai décidé de ne pas les poursuivre)  :

« Le graviton est une particule élémentaire hypothétique qui transmettrait la gravité dans la plupart des systèmes de gravité quantique. Il serait donc le quantum de la force gravitationnelle. En langage courant, on peut dire que les gravitons sont les messagers de la gravité ou les supports de la force. Pour matérialiser cette force, on pourrait prendre l’exemple d’une fronde avec la ficelle (graviton) qui tient la pierre. Plus il y en a dans un champ gravitationnel, plus ce champ est puissant. »

Alors là, chapeau ! ce foutu graviton hypothétique nous ramène au début du 17ième siècle, quand Kepler, l’inventeur des lois de Kepler, écrivait pour expliquer la gravitation : « c’est comme si des bras invisibles reliaient les planètes entre elles… »

On a vachement progressé en 4 siècles non..? on est passé des « bras invisibles » à  « d’hypothétiques gravitons »… La science avance, c’est fou !

Il reste que si on veut faire tourner un âne autour d’un piquet, il faut l’y attacher…  Alors pour faire tourner la lune autour de la Terre, c’est pareil. Dans ma grande naïveté, j’ai cru un instant que c’était ce que proposait la Théorie des Cordes, mais non, pas du tout…

 

Le GIEC, ou l’arnaque pleine de bonnes intentions…

Ah ben tiens, une excellente raison d’avoir peur : le GIEC, spécialiste en réchauffement climatique !

Sacrés comiques ceux-là, même si  leur intention est louable. Mais pour des experts scientifiques, ils y vont fort quand même. Comme prémisse à l’étude du réchauffement de la planète, ils ont décidé… de ne pas tenir compte de l’activité solaire.. ^^  c’est pas con, vu que c’est malgré tout notre principale source de chauffage. Alors tant mieux si leurs rapports incitent les pays à moins polluer, mais bon, de là à demander à leurs experts de ne pas tenir compte des données « qui vont à l’inverse du résultat souhaité »,  c’est vraiment foireux non..? et encore plus d’avoir laissé traîner le document qui est tombé malencontreusement dans des mains à l’esprit mal tourné..!

Et puis dès le départ, c’est bizarre quoi, on a des relevés météo scientifiques depuis 1850, ça fait terriblement peu pour étudier le climat, comme si en ayant des données sur un centième de seconde on voulait en déduire ce qu’il allait se passer pendant toute une journée.. Mais bon, c’est des experts, on n’y peut rien, ils ont fatalement raison.D’ailleurs, ça se voit : depuis que j’ai entendu l’un d’eux prévoir qu’on allait avoir des hivers glaciaux et des étés torrides, ça a tout simplement été l’inverse..! .

 

Merci Darwin..!

Oui merci Darwin pour ce magnifique cafouillage d’un scientifique entendu dans « La Tête au Carré », l’émission de scientifique de France-Inter.

ça parlait de grenouilles, qui à la saison des amours se mettent à une certaine hauteur dans des troncs creux pour que leurs cris portent plus loin et soient entendus par les mâles… Naïf comme tout, l’animateur a osé un commentaire.. naïf : « elles ont compris qu’en se plaçant à cette hauteur précise dans le tronc leur chant portait plus loin. »  et là le scientifique a sorti les avirons darwiniens et s’est mis à ramer désespérément : « Non non,  comme l’a si bien expliqué Darwin, les grenouilles qui par hasard se mettent à la hauteur optimale ayant plus de chances de se reproduire, elles transmettent ça à leur descendance, etc etc.. »

L’animateur a commencé par trouver ça étrange comme explication, mais devant la certitude scientifique, une seule attitude est permise : on s’incline, et on applaudit, même si on trouve ça absurde…C’est beau la science non..?  ça a réponse à tout..! et tant pis si les grenouilles sont trop connes pour vérifier d’elles-même si elle sont au bon endroit pour crier leur soif d’amour..! Heureusement que Darwin est passé par là quand même, c’est une chance inespérée..!

Le tout de magie de Darwin, c’est d’avoir érigé une constatation au rang d’explication. Voici le coup du Prédicta :  c’est un papillon dont il a prédit l’existence en constatant sur une île la présence d’une fleur dont le nectar était caché à 20cm de profondeur. Ce bon vieux Darwin a dit : il doit y avoir dans cette île un papillon qui a une trompe de 20cm..! Eurêka ! le papillon a été découvert quelque temps après, a été appelé Prédicta en l’honneur du génie et l’affaire était pliée : Darwin avait tout compris..! Le fait que toute son affaire soit basée sur des mutations dues au hasard-qui-n’existe-pas n’y change rien : depuis le milieu du 19ième siècle et la parution de la « la théorie de la sélection naturelle » c’est foutu : les grenouilles sont des connes, seul le hasard leur permet de se reproduire…!

Bravo Coppens..!

Yen a un autre qui a gagné la bataille, c’est Yves Coppens…! Alors lui c’est simple, comme il a décidé que l’origine de l’homme était africaine, déjà dès qu’on parle de ce sujet n’importe où c’est lui qui est invité, et ensuite, dès qu’un crâne humanoïde bien ancien  est découvert dans le monde, on l’appelle et là  il n’y a que 2 solutions : Si la découverte se passe en Afrique, li vient et dit  « c’est un hominidé , tout le monde applaudit, c’est beau non..?

Si c’est en Asie où n’importe où sauf en Afrique, il vient et il dit « c’est un singe »,  les découvreurs se mettent à pleurer mais c’est définitivement foutu pour eux : Coppens est infaillible, c’est le pape de la paléontologie, point barre…!

 

Un savoir inutile…

Bougez votre main gauche  jusqu’à ce qu’elle soit placée devant vos yeux. Vous avez réussi..? bravo ..! Maintenant, imaginez qu’il vous faille expliquer comment vous avez accompli ce magnifique mouvement : vous aurez le choix entre une explication scientifique détaillée, remplie d’influx nerveux, de tendons, de muscles etc… et….rien d’autre..!
Le fait de connaître parfaitement cette explication ne vous sera d’aucune utilité si vous deviez apprendre à quelqu’un comment bouger sa main. Parce qu’en fait, vous en avez simplement l’intention et le mouvement se produit. Vous n’avez même aucun moyen d’analyser ce qui se produit et qui n’est même pas du niveau de la pensée. Ce n’est pourtant pas un mouvement réflexe comme la respiration, c’est bien vous qui avez voulu et effectué ce mouvement, mais comment..? Impossible de décrire ça, vous en avez eu l’intention, et hop, ça s’est produit…
Du coup toute la longue description par la science des multiples phénomènes qui entrent en jeu ne vous sont d’aucune utilité, alors à quoi bon la connaître…

Aux hypocrites les musées pleins…

En novembre 1922, il s’est passé un grand moment de science dans la Vallée des Rois en Egypte. Après des mois de fouilles; Howard Carter descend les 16 marches qui le séparent de l’entrée du tombeau de Toutankhamon.
Il est tout content parce que la sépulture a « échappé aux pilleurs de tombes », ces saligauds qui viennent troubler le repos des anciens rois pour dérober les trésors enfermés dans les chambres funéraires.

Quelle chance en effet, c’est fou ! Tandis que lui, il agit au nom de la science, ce qui fait toute la différence. Alors il pille méthodiquement le tombeau, en extirpe non seulement les trésors mais aussi le mort lui-même, qui reposait tranquillement depuis 3000 ans  avec son bouquet de bleuets entre les mains, et tout ça avec la bénédiction de tout le monde : la science, c’est un truc formidable.. !
Je serais curieux de voir la réaction qu’engendrerait un groupe de chercheurs égyptiens qui viendraient fouiller le Panthéon pour en extraire des cercueils… Quelqu’un aurait l’idée étrange de les traiter de terroristes que ça ne m’étonnerait pas du tout…!

La folle histoire du maïs..

Originaire du Mexique,  le maïs est naturellement une plante résistante qui se contente de peu d’eau pour prospérer. Mélangée aux haricots et à la courge, elle a nourri les amérindiens pendant des millénaires.
Mais la science agricole a ensuite inventé le « maïs hybride », pour le plus grand bonheur de Monsanto par exemple… Il devenait impossible de se servir des graines pour les semer, il fallait racheter des semences fertiles tous les ans, et en plus cette plante demandait un arrosage de plus en plus copieux pour obtenir des rendements supérieurs…

Une fois cette pratique bien installée, Monsanto  a eu l’idée géniale de créer un maïs transgénique… L’argument de vente est imparable dans ces temps où l’eau devient rare et chère : ce nouveau maïs est résistant à la sécheresse, il nécessite donc moins d’arrosage…
C’est un vrai tour de force non..? à partir d’une plante naturellement résistante, on crée un hybride, puis on réinvente la plante d’origine…
sauf qu’elle est toujours stérile, et le tour est joué, bravo l’artiste Monsanto…!
Entre ça et le tour de magie qui a consisté à faire adopter une loi française interdisant la vente de graines non répertoriées sur une liste, ce qui rend la plupart des graines anciennes hors la loi, il est beau l’avenir des grandes firmes…
Elles peuvent continuer à nous empoisonner d’un côté et à nous vendre les médicaments censés nous guérir de l’autre…

Publicités

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑